Accueil du site e-Mongol Voyages individuels sur mesure en Mongolie et vente de produits de Mongolie. Conseils de voyage, photos, videos, informations et annuaire de liens traitant de la Mongolie

 

 

Culture et traditions mongoles

Bibliographie 
 

Catégories

 

Nous vous proposons une sélection de livres sur la Mongolie pour approfondir sa découverte ou pour bien préparer votre voyage. 

 

La plupart sont toujours publiés et disponibles auprès de votre libraire préféré. 

 

Vous pouvez également acheter des livres en anglais sur notre boutique en ligne

 

N'hésitez pas à nous écrire pour nous recommander un ouvrage à ajouter à cette sélection

 

  Arts
 

lesartsdelasiecentrale.jpg (70193 octets)

Les arts de l'Asie centrale 

Pierre CHUVIN

Éditions Citadelles & Mazenot (1999) - 620 pages

 

Un panorama superbement illustré de l'art et de l'architecture des steppes; des pierres gravées de l'âge de bronze à l'ère moderne

 

Reprenant les ancestrales routes de la soie, qui reliaient Orient et Occident, en passant par Boukhara, Samarcande ou Tachkent, cet ouvrage présente l'exceptionnel ensemble de civilisations regroupées autour des anciennes Républiques soviétiques, mais aussi l'Hindu-Kuch (Afghanistan), le Tibet, la région chinoise du Xinjiang, ainsi que la Mongolie. 

lesscythes.jpg (44660 octets)

Les Scythes et les nomades des steppes 
Véronique SCHILTZ 
Éditions : Gallimard (1994) - 469 pages 


Fondamental. 

Très riche bibliographie

La première partie traite de l'art scythe, sa prédilection pour les formes animales. La deuxième partie décrit le style de vie de ces nomades des steppes, en particulier leur rituel funéraire. L'illustration abondante ressuscite l'éclat du patrimoine scythe.

haut de la page

  Beaux livres

 Découvrez la Mongolie en toute liberté avec nos programmes sur mesure !


visagesdemongolie.jpg (130163 octets)

Visages de Mongolie

Paul de GOBERT

Éditions La renaissance du livre (2007) - 156 pages

 

Superbe carnet de voyages magnifiquement illustré des plus de 150 calligraphies et dessins.

 

visagesdemongolie1.jpg (127129 octets)

Exposition des oeuvres du livre

" Voyager en dessinant et en peignant me permet de rencontrer d'autres cultures et de découvrir les espaces et les paysages qui les ont forgés. De croiser mon regard avec d'autres peuples, tribus nomades, peuples sédentaires. Leurs coutumes, leurs bonheurs, leurs drames aussi ! (...) Si j'ai choisi de parcourir une contrée aussi lointaine que la Mongolie, c'est pour rencontrer des peuples aussi lointains que différents et évoluant dans des espaces où la nature encore vierge nous éblouit de sa beauté. Des peuples nomades y vivent encore dans une totale symbiose avec le milieu naturel, teinté de culture chamanique et de traditions ancestrales. Ils sont malheureusement menacés par les pressions mondiales du sédentarisme imposé et de l'exploitation des ressources naturelles. " 

Paul De Gobert - http://www.pauldegobert.net/

 

e-Mongol est fier d'avoir organisé le voyage qui a permis la création de cet ouvrage


voyagenmongolie.jpg (48373 octets)

Voyage en Mongolie

Etienne DEHAU

Éditions Hermé (2000)

 

Une découverte complète du pays à travers de magnifiques photos illustrées de proverbes mongols et de textes de l'auteur. 

Ce livre est épuisé, et à commander directement auprès de l'auteur http://edehau.free.fr 

 

Étienne Dehau, photographe, a voyagé régulièrement en Asie et en Amérique du Sud. Il s'intéresse particulièrement aux peuples qui conservent des traditions vivaces. 


chassealaiglechezleskazakhs.jpg (29053 octets)

Chasse à L'aigle chez les Kazakhs 

Roland et Sabrina MICHAUD

Éditions Picquier (2001) - 128 pages

 

Très beaux portraits d'aigliers, et des scènes d'intérieur baignées d'une lumière magique.

En Mongolie, à 2000 kilomètres à l'ouest d'Oulaan Bator. Il m'aura fallu attendre 30 ans pour rencontrer les aigliers kazakhs qui chassent le renard comme il y a mille ans ! Les chameaux de Bactriane, majestueux et hautains regagnent le campement. L'Altaï vire au violet. Visages de cuir mâché, burinés par les vents. Les éclairages intérieurs évoquent les tableaux de Georges de La Tour et les attitudes semblent tout droit sorties de Brueghel et de Le Nain. 


mongolierevedinfini.gif (115702 octets)

Mongolie : Rêve d'infini

Michel SETBOUN 

Textes de Jacques LEGRAND, Alain DESJACQUES, Edith CANESTRIER, Jacqueline RIPART

Editions de la Martinière (2006) - 187 pages

 

Un des meilleurs livres pour découvrir la Mongolie, entre l'émotion des photos d'un amoureux du pays, et les textes des plus grands spécialistes.

 

Au-delà de son caractère ethnographique, ce livre s'adresse surtout à ceux qui aiment rêver, rêver l'infini et la steppe. Le regard passionné de Michel Setboun se pose sur un pays immense où montagnes sauvages. 

Après avoir été architecte DPLG, Michel Setboun commence à travailler comme photographe en 1978. Il a parcouru depuis une bonne partie de la planète, et revient souvent en Mongolie. 


haut de la page

  Histoire

 

Sur notre e-Shop

 

Cliquez ci-dessus


empiredessteppes.jpg (28387 octets)

L'empire des steppes

Attila, Gengis-Khan, Tamerlan
René GROUSSET

Éditions Payot (1989) - 660 pages

 

Un ouvrage essentiel, scientifique mais accessible à tous. 

La référence en France comme à l'étranger

René Grousset (1885-1952), historien orientaliste et conservateur au musée Cernuschi, fut professeur à l'École des langues orientales. Son intérêt pour les recherches des philologues et pour les découvertes archéologiques l'a sans cesse poussé à approfondir sa connaissance des civilisations orientales. Ses ouvrages en sont de remarquables synthèses.


histoiredelempiremongol.jpg (52113 octets)

Histoire de l'Empire mongol 
Jean-Paul ROUX 
Éditions Fayard (1993) - 597 pages 

 

Excellente synthèse de l'histoire complexe du vaste empire, qui insiste  également sur la vie quotidienne des nomades mongols.

L'histoire de l'Empire mongol est bien l'épopée la plus prodigieuse et sans doute la plus inexplicable que le monde ait connue. Comment, à la suite de Gengis Khan et de ses successeurs, quelques dizaines de milliers de cavaliers nomades purent-ils installer en trois quarts de siècle un empire sur des terres de grandes civilisations ?
Après avoir fait l'unité de ce qui allait devenir la Mongolie, ces peuples de la haute Asie imaginèrent d'établir une monarchie universelle. Pour y parvenir, ils se lancèrent à la conquête du monde, faisant trembler l'Orient et l'Occident. On les vit mener campagne en Sibérie, en Chine, en Corée, en Indochine, en Birmanie, en Iran, en Irak, en Asie Mineure, en Russie, en Pologne, en Hongrie, dans les Balkans. Ils tentèrent même des débarquements au Japon et en Indonésie, et cherchèrent à nouer des relations avec les papes, les rois de France et d'Angleterre. S'ils ne réussirent pas à dominer tous les peuples, leur empire n'en fut pas moins démesuré.
Plus stupéfiant encore que leurs succès militaires, les Mongols surent rallier à eux les populations asservies si bien que celles-ci devaient garder de la pax Mongolorum un souvenir presque égal à celui de la pax Romana. Le fracas des armes ne doit pas faire oublier que les Mongols édifièrent les bases d'une civilisation remarquable par sa tolérance religieuse, son sens de l'administration, son souci de promouvoir le commerce et de mettre en relation des cultures jusque-là séparées. Dès la fin du XIIIe siècle et surtout au XIVe siècle, il y eut tant en Chine qu'au Proche-Orient un renouveau culturel et un formidable brassage de populations : jamais autant de gens n'avaient traversé l'Asie.

Jean-Paul Roux est Directeur de recherche honoraire au CNRS Ancien professeur titulaire de la section d'art islamique à l'École du Louvre


histoiresecretedesmongols.jpg (44632 octets)

Histoire secrète des Mongols 

Chronique mongole du XIIIe siècle  
Marie-Dominique EVEN et  Rodica POP

Éditions Gallimard (1994) - 360 pages

 

Un texte fondateur sur l'épopée mythique de Gengis Khan

Traduction savante et passionnante du texte anonyme original en langue mongole.  

 

Libre des fioritures et des prudences de langage accompagnant d'ordinaire les récits sur la vie des souverains, l'Histoire secrète dévoile ici les secrets et les dessous de l'histoire de l'Empereur Chinggis, notre Gengis Khan. 
Forte d'un art oral qui surpasse en poésie, et souvent en rigueur, les fades annales des royaumes sédentaires, l'Histoire secrète des Mongols sait mêler dans un même souffle généalogique et épopée, rapts de femmes et vols de chevaux, chamanes et archers, conflits lignagers et conquêtes lointaines. 


histoire_secrete_mongols.jpg (8606 octets)

Histoire secrète des Mongols 

Restitution du texte mongol et traduction des chapitres I à VI

Paul PELLIOT

Librairie d’Amérique et d’Orient Adrien-Maisonneuve (1949) - 198 pages. Oeuvres posthumes de Paul Pelliot, publiées sous les auspices de l’Académie des Inscriptions et Belles-lettres et avec le concours du Centre national de la Recherche Scientifique. Une édition réalisée par Pierre Palpant, bénévole, Paris. 

 

Le texte de cette traduction est téléchargeable à cette adresse !

Paul Pelliot (1878-1945) - sinologue français : « Un document de premier ordre, dont la conservation est due non aux Mongols, mais aux Chinois : c’est le Yuan-tch’ao pi-che ou Histoire secrète des Mongols, dont l’original mongol doit être de 1240. Pour la première fois, un texte considérable nous fait pénétrer dans la vie et la pensée mongoles avant qu’aucune influence lamaïque ne soit venue les bouleverser. »


Mongolielepremierempiredessteppes.jpg (105464 octets)

Mongolie - Le premier empire des steppes 

Collectif - Mission archéologique française en Mongolie
Éditions Actes Sud (2003) - 214 pages


Étude de la civilisation Xiongnu à travers les travaux de la Mission archéologique française en Mongolie. 

En 1993, sous l’égide de l’UNESCO la Mission archéologique française est la première à s’installer en Mongolie septentrionale sur le site d’Egiin Gol où elle travaillera pendant six ans. À partir de l’été 2000 la Mission est rattachée au CNRS ainsi qu’au Musée national des Arts asiatiques de Paris, s’installe sur le site de Gol Mod, l’une des plus vastes nécropoles de Haute-Asie. Depuis, quatre campagnes de fouilles ont été conduites en collaboration avec les autorités mongoles auxquelles est venue s’ajouter la participation du Gouvernement Princier monégasque depuis 2002.


lescavaliersdudiable.jpg (11478 octets)

Les Cavaliers du Diable - l'invasion mongole en Europe

James CHAMBERS
Éditions Payot ( 1988) - 270 pages 

Le jour de Noël 1241 les armées de Batu Khan, fondateur de la Horde d'Or, traversent le Danube. L'invasion mongole de l'Europe occidentale entre dans sa phase ultime : la chrétienté semble sur le point de succomber aux soldats du diable. Quelles ont été les origines de cette unique épopée ? L'étude des sources contemporaines, l'analyse de la tactique et de l'entraînement de l'armée des Mongols, apportent un début de réponse. En effet, ces barbares furent aussi des soldats inventeurs de nouvelles stratégies, qui fondaient leur puissance sur leur habileté guerrière. Cette histoire militaire, indispensable pour comprendre le triomphe de la Horde d'Or, n'est intelligible que sur le fond des communications Est-Ouest. Dans ce monde conflictuel les khans mongols entretenaient des relations avec la papauté qui n'avait pu implanter le christianisme en Orient. Le succès des Mongols peut apparaître extraordinaire car sans la mort des derniers grands khans, Ogödaï et Mongka, ils auraient établi le plus vaste des empires jamais vu, des Carpates à l'Euphrate et à l'Océan Atlantique. 


haut de la page

  Jeunesse
 

prisonnieredesmongols.jpg (37886 octets)

Prisonnière des Mongols

Evelyne BRISOU-PELLEN
Éditions Rageot (2000) - 156 pages 

 

Pour les 11-13 ans

Tsing-Tchao, fille d'un puissant mandarin, est enlevée par les Mongols et emmenée sur les hauts plateaux.
Elle accepte tant bien que mal sa vie de prisonnière grâce à Jebe, fils cadet du chef de tribu, chargé de sa surveillance.
Mais quand on veut l'obliger à épouser le repoussant Süboetei, elle n'a plus le choix : elle doit s'enfuir.
Parviendra-t-elle à échapper à ses ravisseurs ainsi qu'aux mille dangers qui jalonnent sa route ?


Grand Prix du Livre de la Jeunesse et des Sports 1984


13contesdemongolie.jpg (22098 octets)

13 contes de l'Empire mongol
Odile WEULERSSE - Laure DE CAZENOVE 
Illustrations de Devis GREBU 
Éditions Castor Poche Flammarion (Contes, légendes et récits) 

Dès 9 / 10 ans 

Sur les collines de la steppe mongole, quand la nuit envahit la yourte, le vieux barde commence à raconter les légendes de son pays : la vie des animaux se mêle souvent à celle des hommes. 

haut de la page

  Langue
 

dictionnairemongolfrancais.jpg (5438 octets)

Dictionnaire mongol-français
 Jacques LEGRAND, Tdegmidijn SUKHBAATAR 

Éditions l'Asiathèque (1992) - 288 pages

Nouvelle édition : septembre 2007


Le seul dictionnaire mongol-français

Professeur de langue et littérature mongoles à l'Institut national des langues et civilisations orientales depuis 1989 (vacataire puis chargé de cours de 1971 à 1977, maître-assistant puis maître de conférences de 1977 à 1989), Jacques Legrand est président de l'INALCO depuis mars 2005. 

parlonsmongol.jpg (26839 octets)

Parlons mongol

Jacques LEGRAND

Éditions  l'Harmattan (2000) - 413 pages

 

Une première approche de la langue mongole

Une visite de la langue mongole en soulignant ses richesses et son originalité. L'ouvrage est plus une entrée en matière, une découverte des grands mécanismes et des grands équilibres de la langue qu'une « méthode », une « grammaire » ou un « guide de conversation ». Parlons Mongol n'en fournit pas moins quelques éléments de pratique courante, permettant l'accès aux deux écritures actuellement en usage (mongoluigur et cyrilliques). Une place importante est accordé au vocabulaire de la culture - de la vie quotidienne à la littérature. On y trouvera en outre un lexique français-mongol de plus de 2000 entrées.
A noter : il existe un support audio K7 ou CD en complément de cet ouvrage chez l'Harmattan

haut de la page

  Littérature mongole

 

Un des voyageurs d'e-Mongol,  écrivain à ses heures, et grand lecteur de Galsan Tschinag  a visité la famille de l'auteur dans l'Altaï

 

Son récit sur notre page 

Récits de voyage


Galsan 

TSCHINAG

                  

Galsan Tschinag est né en 1944 dans une famille de chamans touvas, en Mongolie occidentale, et a passé sa jeunesse dans les steppes du haut Altaï, aux confins de l’Union Soviétique. 

Après son baccalauréat à Oulan-Bator, et grâce aux programmes de coopération entre pays communistes, il a la possibilité d’étudier la linguistique à Leipzig (ex-RDA) Il écrit soit en mongol, soit en allemand, et parle aussi le russe. 

Son premier ouvrage, Ciel bleu, publié en Allemagne en 1994, obtient le prix Adalbert von Chamisso, récompensant un auteur étranger écrivant en langue allemande.

Grâce à deux éditeurs Anne-Marie Métailié et L'Esprit des péninsules, et deux excellents traducteurs, Dominique Petit et Françoise Toraille, il est traduit et publié en France. 

Il vit actuellement à Oulan-Bator, en Mongolie. 


Ciel bleu, une enfance dans le Haut-Altaï

Galsan TSCHINAG

Éditions Métailié (1999)

Le récit de l'enfance de l'auteur, entre la liberté nomade des steppes et la scolarisation imposée en ville.

Galsan Tschinag nous dit le destin d'un peuple pris entre ciel et terre, entre nature et dieux : deux univers mystérieux, muets, injustes, puissants. Ciel bleu est comme un chant d'amour, un guide spirituel, un secret à partager avec ceux qu'émerveille l'aube des peuples.
Michèle Gazier, Télérama


vingtjoursetun.jpg (45375 octets)

Vingt jours et un 
Galsan TSCHINAG


Éditions Métailié (1998) - 264 pages 

Dshuruguwa, petit garçon touva, a quitté les steppes du Haut-Altaï et fait ses études dans la capitale, Oulan-Bator. Il rend visite à ses parents après une longue absence et leur présente sa jeune femme. Tout au long de vingt jours plus un, celui du départ, l’auteur raconte " les plaisirs et les jours " de la tribu et nous entraîne dans ce monde où les critères sont différents des nôtres.


belek.jpg (25389 octets)

Belek, une chasse dans le Haut-Altaï 
Galsan TSCHINAG

Éditions L'esprit Des Péninsules (2000) - 115 pages

Un journaliste apprend la mort de Belek, un homme simple qui, parvenu au crépuscule de sa vie, tua un loup sans autre arme qu'un gourdin. De retour dans son village natal, il découvre que, sous des dehors anecdotiques, se cache l'un de ces drames qui tissent la vie des petites gens. 

A l'orée du village, vit solitairement le vieux Dshaniwek, en butte à l'hostilité générale. C'est pourtant lui que choisit le narrateur pour aller traquer le loup. Surpris par un orage, tous deux s'abritent dans un ancien campement d'hiver. Interrogé sur le passé des lieux, le vieillard taciturne devient soudain loquace et raconte la déchirante histoire du fils qu'il n'osa jamais reconnaître. 

Deux récits à l'atmosphère tragique empreinte de tradition et de drame, où l'on retrouve la poésie et l'univers de l'auteur. 

La traductrice Dominique Vuathier a su préserver un style simple et épuré ainsi que la sobriété du récit. Elle a également choisit de conserver le vocabulaire des touvas pour désigner des lieux ou des situations propres à leur culture. On trouvera un précieux glossaire en fin d’ouvrage. 


lemondegris.jpg (46716 octets)

Le Monde gris 
Galsan TSCHINAG

 

Éditions Métailié (2001) - 237 pages 

Dans une yourte du pays touva, un petit garçon rêve de devenir chaman ; il sait que ce sera difficile, mais il sait aussi que c'est là sa voie. Son frère aîné, instituteur et marxiste convaincu, décide de mettre fin à ce rêve en emmenant l'enfant apprendre à lire et à écrire en mongol dans une école loin des siens. C'est le début d'un véritable cauchemar pour l'enfant, qui déclenche catastrophe sur catastrophe dans une société dont il ne comprend ni les règles, ni la langue. Plus tard, devenu l'un des meilleurs élèves de l'école, il réussit à imposer ses réels dons de chaman. Galsan Tschinag retrouve ici son héros et double de Ciel bleu. Avec une grande maîtrise du rythme de la narration et du suspens, il nous donne à voir les traumatismes culturels et l'imbécillité "civilisatrice" auxquels ont été soumises les tribus du Haut Altaï. Captivé par le style à la fois lyrique et précis de l'auteur, qui s'affirme ici comme un grand romancier, le lecteur est initié au parcours du chaman qu'est devenu Galsan Tschinag. 


dojnaa.jpg (22532 octets)

Dojnaa 
Galsan TSCHINAG

 

Éditions L'esprit Des Péninsules (2003) - 136 pages

Un magnifique portrait de femme

Un court roman dédié “à la femme nomade qui porte sur ses épaules le destin d’un monde en train de disparaître.”. Galsan Tschinag raconte la grande steppe et ses nomades, les traditions ancestrales qui peu à peu s’estompent avec l’arrivée des temps nouveaux, les rites chamaniques, la yourte et le chameau, le cheval, ami inséparable de l’être humain dans ces étendues sans fin où le galop éperdu sert aussi à mesurer l’espace et le temps.” Jean-Claude Buhrer, Le Monde 


souslamontagneblanche.jpg (14538 octets)

Sous la montagne blanche

Galsan TSCHINAG

 

Éditions Métailié (20041) - 288 pages 

Dshuruguwaa fréquente une école très éloignée géographiquement et culturellement de la steppe où vivent les touvas, sa terre natale, celle de ses ancêtres. Il suit le "Chemin du savoir" qui le conduit dans les voies de l'éducation moderne, "socialiste" à la mode soviétique des années 60, et qui prétend détruire les traditions millénaires de son peuple. Sa foi dans le Père-Ciel et la Mère-Terre est considérée comme arriérée et réactionnaire, les chamans sont poursuivis. Le jeune Dshuruguwaa, qui se sent une vocation de chaman, est déchiré entre tradition et modernité, réalisation de la liberté individuelle et responsabilité à l'égard de la famille, du clan, de la tradition.
C'est dans ce contexte que l'adolescent grandit, fait ses premières expériences sexuelles et rencontre le grand amour.
L'écriture narrative de Galsan Tschinag allie avec talent un sujet "oriental exotique" à une langue occidentale minimaliste. Et au détour d'un récit autobiographique apparaissent les conflits fondamentaux de notre époque, l'homme déchiré entre le savoir instrumentalisé et le savoir mythique, ainsi que le devenir des cultures minoritaires dans le monde moderne.


lafinduchant.jpg (47471 octets)

La Fin du chant 

Galsan TSCHINAG

Éditions Philippe Picquier Poche (2007) - 217 pages 

également aux Éditions L'esprit Des Péninsules (2005)

Sous le ciel de cristal du Haut Altaï, quelque part dans les lointaines steppes d'Asie centrale... La Fin du chant déroule des images d'une beauté et d'une cruauté insensées : des plaines infinies et silencieuses; une jument prostrée devant son poulain mort-né ; des peuples nomades - Touvas et Kazakhs - qui se massacrent pour un bout de vallée où dresser les yourtes : des hommes ténébreux, un peu bandits ; des femmes fières, solides comme des pierres sans âge ; et cette gamine hardie, qui défie l'hostilité des lieux, commande bêtes et gens pour la survie de tous... C'est un hymne à la fugacité du temps, à la fragilité d'une culture, un livre-frontière entre un monde qui se meurt et un autre qui s'en vient. (Martine Laval, Télérama.) 

 

Tout est beau, d'une beauté sauvage, dans ce livre âpre venu de Mongolie et porté par le grand vent de la steppe... On a l'impression de lire un conte, d'écouter une complainte. Une prose orale. jaillie de la nuit des temps... On n'en dira pas davantage. Chez les Touvas, en effet, on prétend qu'il ne faut raconter à personne les rêves heureux qu'on a faits, et La Fin du chant est l'un des plus beaux rêves que la littérature d'aujourd'hui nous offre de vivre. (Jérôme Garcin. Le Nouvel Observateur.) 


lacaravane.jpg (20500 octets)

La Caravane 
Galsan TSCHINAG

Éditions L'esprit Des Péninsules (2006) -  185 pages

"J'ai voulu écrire une page d'Histoire. Voilà qui est fait. Cette caravane a cheminé bien assez longtemps pour chacun de ses membres. Cependant. le temps qu'elle a duré ne représente qu'une infime goutte dans l'océan de l'Histoire. qu'un petit feuillet dans son grand livre. Les uns écrivent l'Histoire avec leur sang, les autres avec leurs larmes. Nous avons écrit la, nôtre avec notre sueur, et mon vœu est que cela en reste là. Tel un groupe de météores au cœur de l Altaï aux clairs glaciers, les chameaux cuivrés de Gobi resteront la preuve tangible de l'odyssée de la caravane." 

Un des rêves de Galsan Tschinag est devenu réalité en 1995 mener sa tribu dispersée, les Touvas de Mongolie, vers le berceau de ses ancêtres. 

Entre portrait de groupe et carnet de voyage, ce conteur d'exception mène compagnons de route et lecteurs à travers les stupéfiants paysages du Haut-Altaï sans jamais dévier de son but : "témoigner de la civilisation itinérante des Nomades et garder en éveil le sens de cette humanité guère moins en danger dans sa totalité que mon petit peuple aussi menacé qu'imparfait." 


Lire aussi l'article de Galsan Tschinag "Au pays de la steppe grise

dans le Monde Diplomatique (2004)

 

 

Entre grands espaces nomades et urbanisation effrénée : une lumineuse analyse de la culture et de l'âme nomade intemporelle, et un lucide message d'optimisme dans son avenir

 

 

"...la civilisation nomade mongole est menacée comme jamais, mais elle restera capable longtemps encore de sauvegarder les piliers sur lesquels elle s’appuie. Ce sont la steppe, la yourte, le deel (costume national des Mongols) et le cheval. Pour l’instant, aucun n’est en danger. Le monde de la steppe, dont la beauté inégalable se venge de temps à autre, et la vie en son sein continueront d’exister – avec leur parfum, leur couleur et leur saveur uniques." (Galsan Tschinag)

haut de la page

  Récits de voyage historiques
 

voyagedanslempiremongol.jpg (89198 octets)

Voyage dans l'empire mongol (1253-1255)

Guillaume de RUBROUCK 

( traduction de C.-C. et R. Kappler)
Éditions Imprimerie Nationale (1997) - 300 pages


Magnifique livre, grande richesse iconographique, récit original et études passionnantes.

16 000 kilomètres en deux ans, à pied et à cheval de Constantinople à Qaraquorum, capitale de l'empire des steppes. En 1253, Guillaume de Rubrouk, un moine franciscain, et quelques compagnons sont envoyés par Saint Louis vers un prince mongol de Russie méridionale que l'on croyait chrétien. Il raconte dans sa relation latine à Saint Louis le choc de ces deux mondes dans ce récit de voyage, agrémenté ici de commentaires et de photographies.


beteshommesetdieux.jpg (22608 octets)

Bêtes, hommes et Dieux

A travers la Mongolie interdite 1920-1921

Ferdynand OSSENDOWSKI

Éditions Phébus (2000) - 283 pages

 

Un livre-culte de la littérature d'aventure vécue. Une aventure fabuleuse mais authentique, source d'inspiration notamment d'Hugo Pratt pour "Corto Maltese en Sibérie". 

 

Krasnoïarsk (Sibérie centrale), hiver 1920. L'auteur, géologue de son état, vient d'apprendre qu'on l'a dénoncé aux " Rouges ", et que le peloton d'exécution l'attend. Commence alors une course-poursuite dont il ne sortira vivant, il le sait, que s'il ose l'impossible gagner à pied l'Inde anglaise à travers l'immensité sibérienne, puis les passes de Mongolie, puis l'Himalaya... 


Sur le toit du monde 

(Mongolie, Dzoungarie et Tibet - 1870-1880) 

Nicolaï PRJEVALSKI
Éditions Phébus (1988) - 288 p
ages


Un fascinant récit d'exploration

Nikolaï Mikhaïlovitch Prjevalski, (1839-1888), officier et explorateur russe parcourut l’Extrême-Orient russe, la Mongolie, le Turkestan et le Tibet, développant ainsi notablement les connaissances des Européens sur l’Asie centrale.  Prjevalski découvrit notamment le chameau sauvage (le chameau de Bactriane à deux bosses du désert de Gobi) et la seule race survivante du cheval sauvage d’Eurasie, le cheval de Prjevalski (Equus przewalskii przewalskii).


Huc_voyage.jpg (44504 octets)

Souvenirs d'un voyage dans la Tartarie et le Thibet
suivis de
L'Empire chinois

Père HUC

Éditions Omnibus (2001) - 1184 pages

 

"L'un des plus formidables récits de voyage de tous les temps" 

le commentaire de "Lire"

 

« Nul lieu n’est impénétrable pour quiconque est animé d’une foi sincère. » Guidé par ce précepte, le père Evariste Huc (1813-1860) entreprit en 1841 un extraordinaire périple de cinq années à travers la Mongolie et la Chine. Il fut le premier Français à atteindre Lhassa.
Adoptant le costume, la langue, les usages des contrées traversées, le père Huc affronta — avec une vigueur et un humour inaltérables — le sable, la boue, la neige, la glace, les naufrages, les ponts délabrés, les précipices, les brigands, les aubergistes, et les tracas de l’administration... Il brossa à son retour un tableau irremplaçable de la vie quotidienne en Chine.
Ce prodigieux témoignage, véritable roman d’aventures vécues, n’a cessé d’être réédité depuis sa parution. 


levoyageenasiecentraleetautibet.jpg (47433 octets)

Le Voyage en Asie centrale et au Tibet 
Michel JAN 
Éditions Robert Laffont - Collection Bouquins (1992) - 1536 pages 

 

Une anthologie très complète qui présente des textes d'ouvrages non traduits en français

Samarkand, Boukhara, Khiva…Kachgar, Dunhuang, Lhassa…Route de la soie, monts Célestes, désert du Gobi, passes de l’Himalaya…Cités fabuleuses et espaces grandioses du coeur de l’Asie sont d’ « un autre monde », celui que traversèrent et où vécurent en nomades des voyageurs venus d’Occident, envoyés du pape à la cour des Mongols, espions du Grand Jeu ou archéologues pilleurs de monastères du début du XXe siècle. À travers l’histoire, ils eurent en commun la volonté de découvrir les secrets de l’Asie centrale ou du Tibet, malgré les formidables obstacles que leur opposèrent la nature et les hommes. Nos intrépides voyageurs, témoins ou acteurs de ces siècles passés, rapportent par leurs écrits (dont beaucoup étaient tombés dans l’oubli et d’autres étaient restés inédits) la dimension humaine d’un monde demeuré longtemps inaccessible. 

haut de la page

  Récits de voyage modernes
 

lereveildestartares.jpg (35238 octets)

Le Réveil des tartares

En Mongolie sur les traces de Guillaume de Rubrouck 

Michel JAN

Éditions Payot (2002) - 221 pages

 

Un témoignage intéressant sur la Mongolie à l'heure de l'ouverture sur le monde, et le récit d'une expédition marquée par les chocs culturels  

En 1990, une expédition franco-mongole traversait la Mongolie à cheval sur plus de mille kilomètres en franchissant l'Altaï. Profitant de l'ouverture d'un pays parmi les plus fermés du monde, les cavaliers s'étaient fixés deux objectifs : suivre les traces du franciscain Guillaume de Rubrouck, envoyé par Saint Louis à la cour des khans au milieu du XIIIe siècle, et redécouvrir ceux que l'Occident appela longtemps Tartares. 


lempireduvent.jpg (121634 octets)

L'empire du vent

Stanley STEWART
Éditions Hoëbeke (2004) - 399 pages

 

 

Un savoureux récit de voyage plein d'humour 

 

Parti d’Istanbul jusqu’à la patrie première des hordes mongoles, Stanley Stewart parcourra 1 600 kilomètres à cheval à travers la Russie, le Kirghizistan et la Mongolie, le désert de Gobi, les steppes et les montagnes, jusqu’à Dadal, le lieu de naissance de Gengis Khan, partageant la vie des nomades, découvrant peu à peu leur culture inchangée depuis des siècles. Stanley Stewart sait mêler le sens de l’aventure et le sens de l’histoire, qui vous fait pénétrer d’un même mouvement dans un espace géographique d’une puissance rare et dans l’épopée d’une aventure humaine parmi les plus étonnantes de l’histoire. 

On est pris dès l’ouverture par cette prose fluide au lyrisme contenu, à l’humour constant. Ces nomades extraordinairement lointains, aux antipodes de notre culture, héritiers d’un monde en train de disparaître, se révèlent en même temps extraordinairement proches. Intensément humain, intensément poétique, mené de bout en bout au grand galop, ce livre est un vrai bonheur.

Né en Irlande, Stanley Stewart, comparé par certains à Bruce Chatwin, a reçu, fait rarissime (seul avant lui Jonathan Raban avait connu pareil honneur), deux fois coup sur coup le Thomas Cook Travel Book (l'équivalent d'un Goncourt des écrivains-voyageurs) pour Frontiers of Heaven en 1996 et L'Empire du vent en 2001 


mongolielevertigehorizontal.jpg (51913 octets)

Mongolie - Le vertige horizontal

Patrick BARD 

Éditions Autrement (2002) - 126 pages

 

Un merveilleux petit livre où de saisissantes photographies noir et blanc illustrent des chroniques sensibles et justes sur la Mongolie moderne

Nomades vivant au rythme du cosmos, courses équestres époustouflantes dans des espaces vertigineux... Patrick Bard, écrivain et photographe, nous donne à voir et à entendre le quotidien et la mémoire de ce peuple centaure aux prises avec la modernité. 


lamongoliesurunnuage.jpg (32866 octets)

La Mongolie sur un nuage

Violaine COUSTY et Jean DECKER
Éditions Nuagenuage (2006) - 208 pages

 

Un livre original et un joli carnet de route qui incite à l'évasion

 

Nuagenuage est un atelier de Design Graphique fondé en 2005 par Violaine Cousty et Julien Decker. 

En 2004, ils sont partis en Asie pour un périple de presque 2 mois à travers la Russie jusqu'en Mongolie. De ce voyage est né un livre retraçant leurs rencontres et leurs réflexions sur le monde. Il s'agit d'un ouvrage d'un genre nouveau, à mi-chemin entre la photographie, le récit et le graphisme. 

Les clichés ont une valeur de témoignage par rapport à la réalité de la vie nomade. Le graphisme traduit une vision, subjective et onirique de la Mongolie.

Pour le commander avec une dédicace et en visionner des extraits : www.nuagenuage.net


uneteaupaysdugrandciel.jpg (39503 octets)

Mongolie - Un été au Pays du Grand Ciel
Serge VINCENTI - Jean-Yves GUEGUENIAT
Éditions Géorama (2007) - 120 pages. 



Il existe un pays où les couleurs sont source d’ivresse, où le vent se décline en notes de musique et où l’espace se mêle à l’infini. Ce pays, la Mongolie, ne se découvre pas, ils se vit, au hasard de la piste et des rencontres, sous la bienveillance du Grand Ciel, du grand, de l’infiniment grand… 

mongolielespritduvent.jpg (51248 octets)

Mongolie : L'esprit du vent 

Sophie ZENON et Galsan TSCHINAG

Editions Bleu de Chine (2006) - 128 pages

 

Ouvrage original avec des photos panoramiques noir et blanc pris avec un appareil jetable, et un texte inédit du grand romancier mongol en préface.

 

Depuis dix ans, la photographe Sophie Zénon voyage en Mongolie. De cette immensité entre ciel et terre où le ciel se fait toujours plus haut, toujours plus bleu, où la nature vibre, palpite, elle nous offre une vision personnelle et sensible, témoignant de sa connivence avec cette nature et ces espaces qui la fascinent. Sophie Zénon met en images le monde de la steppe avec, au centre de sa démarche, sa relation avec une famille d'éleveurs nomades de moutons, de yaks et de chevaux, installée dans la vallée de l'Orkhon dont elle a partagé le quotidien. 

Conçu comme un récit filmique, Mongolie, l'esprit du vent sollicite constamment l'imagination du "spectateur" et l'incite à sa propre rêverie ou réflexion. 

Ainsi mises en séquences, ses photographies révèlent un talent rare à saisir la vie, d'un détail émouvant jusqu'aux horizons lointains. 

Les 82 photographies présentées dans cet ouvrage rassemblent une série d’images réalisées au cours de voyages effectués depuis 1996, en diverses saisons de trois régions de l’espace mongole : la vallée de l’Orkhon (centre ouest), le Haut-Altaï (ouest) et la capitale Oulan-Bator. 


haut de la page

  Romans historiques - Biographies
 

leloupmongol.jpg (49942 octets)

Le loup mongol 

HOMERIC
Éditions Le Livre de Poche ( 2001) 

 

La vie de Gengis Khan racontée pas son ami et fidèle lieutenant, dans ce roman épique et passionné. A lire absolument  

L'écho des exploits de Tèmudjin galope dans la steppe, et ceux qui hier l'avaient abandonné se joignent à son armée d'archers. Subtil et patient, Tèmudjin a le flair du loup. À ses côtés, le fidèle Bo'ortchou n'aura de cesse de veiller à la grandeur du futur Gengis Khan (XIe et XIIe siècles). Ce dernier mettra vingt ans pour rallier les clans mongols sous sa bannière ; il mènera des conquêtes, annexant des empires, telles la Chine et la Perse, écrasera des armées dix fois plus importantes, des civilisations protégées par des citadelles réputées imprenables. Le récit de Bo'ortchou nous éclaire ainsi sur l'âme et le génie de Gengis Khan qui pensait aplanir les dissensions entre les peuples en leur imposant un maître unique. De cette épopée, Bo'ortchou fait un roman d'amour. Naïf et loyal, il apprendra à ses dépens à quel point le Khan, son frère juré, demande à ses femmes et à ses partisans, tout comme à ses chevaux, l'exclusivité de leur passion. La réussite de ce roman a été saluée par une critique unanime et couronnée par le prix Médicis 1998. 


Leloupbleu.jpg (84068 octets)

Le Loup bleu : le roman de Gengis Khan

Yasushi INOUE 
Éditions Philippe Picquier (1998) - 270 pages  

 

Entre fiction et récit historique, une passionnante biographie du grand conquérant

Gengis-khan (1167-1227) - le " conquérant du monde ", selon ses chroniqueurs - avait formé un empire démesuré allant de Pékin à la Volga. Yasushi Inoue raconte l'épopée de ces fils du " loup bleu et de la biche fauve ", les chevauchées triomphantes, les butins fabuleux et les carnages qui entraînèrent les hordes mongoles en terre d'Islam et, au-delà de la Grande Muraille, dans la mythique Chine. Mais, de bataille en bataille, c'est à la découverte d'un homme énigmatique que nous convie l'écrivain : à partir des chroniques de l'Histoire secrète des Mongols, il reconstitue peu à peu le mystère de la vie de celui qui n'eut de cesse de devenir le légendaire " Loup bleu ". 
Selon la légende, l'union d'une biche et d'un loup bleu a fondé le peuple mongol. Le petit Temüjin, lui, s'interroge sur ses origines : le sang du Loup bleu coule-t-il vraiment dans ses veines ? Pour oublier le viol de sa mère par le chef d'une tribu ennemie, Temüjin cherchera, toute sa vie, à devenir ce loup mythique, lui, le bâtard. 

ventetvagues.jpg (15461 octets)

Vent et vagues : le roman de Kubilaï Khan

Yasushi INOUE

Éditions Philippe Picquier (1996) - 286 pages  

Dans la même veine que le Loup bleu, le récit fidèle de la vie et des conquêtes du grand Kubilaï

Kubilai (1215-1294), grand Khan des Mongols, petits-fils de Gengis Khan, empereur fondateur de la dynastie mongole de Chine, réalisa le rêve que son aïeul, avant lui, n'eut pas le temps d'accomplir : la conquête de la mythique Chine avec les fils du " loup bleu et de la biche fauve ". 

Connu des Européens grâce aux récits de Marco Polo, son nom évoque, pour les Japonais, le fameux épisode des kamikaze ou " vents divins " qui protégèrent leur pays de l'invasion mongole. C'est cette conquête du Japon, vue du côté coréen, que nous raconte Inoue, tandis que se dessine peu à peu la personnalité fascinante de Kubilai : monarque bienveillant et débonnaire, habile diplomate, oppresseur cruel et sans pitié. 

Les évènements, décrits dans un ordre rigoureusement chronologique, sont entrecoupés pat les interminables chevauchées des émissaires coréens et mongols. 

Par petites touches poétiques ou émouvantes, l'auteur nous dépeint l'Asie cruelle du XIIIe siècle et la beauté des paysages et des saisons. 

Le lecteur songera longtemps à l'ombre envoûtante de Kubilai, au roi Wonjong rendu muet par l'horreur des épreuves imposées à son pays, ou au regard glacial du cruel général Hong Tagu, alter ego machiavélique de l'empereur mongol.


haut de la page

  Guides de voyage
 

Mongoliecountryguide(lepetitfute).jpg (84652 octets)

Le Petit Futé Mongolie Country guide 
Dominique AUZIAS
Éditions Nouvelles éditions de l'université - Le Petit Futé ( 2005) - 190 pages

Un guide complet et actualisé régulièrement


mongoliepaysd'ombresetdelumièeres.jpg (59823 octets)

Mongolie : Pays d'ombres et de lumières 
Gaëlle LACAZE (Auteur), Catherine BORELl (Photographies)

Éditions Olizane (2006) - 320 pages

 

Une introduction complète sur l'histoire et la culture de Mongolie, plus qu'un vrai guide de voyages. 

Nous vous conseillons aussi vivement l'édition précédente (épuisée) de Claire SERMIER et Etienne DEHAU si vous pouvez la trouver en occasion.

 

Ethnologue, Gaëlle Lacaze est maître de conférence à l'Université Marc Bloch II de Strasbourg. Diplômée de l'INALCO en langue et civilisation mongoles, elle a soutenu une thèse d'ethnologie sur les représentations du corps chez les peuples mongols à l'Université de Paris X-Nanterre. 


lamongolie.jpg (42737 octets)

La Mongolie

Emeline BETTEX et Gaëlle TOUBOULIC

Éditions Adret (2006) - 320 pages

 

Petit guide de voyage très pratique et bien fait

Nous n'avons voulu ni sacrifier le pratique au culturel ni sacrifier le culturel au pratique. La classification des chapitres est faite par grandes régions géographiques (Altai, Gobi etc.) et non pas en provinces mongoles (aimags) auxquelles l'étranger ne comprend rien. 

lamongoliethevenet.jpg (38932 octets)

La Mongolie

Jacqueline THEVENET

Éditions Karthala (1999) - 176 pages  

 

Un des meilleurs guides sur la culture mongole

Le Méridien s'apparente plus à un ouvrage historico-culturel qu'à un réel guide touristique. L'histoire des pays y est racontée sous la forme d'une étude culturelle très poussée (l'aspect touristique est totalement occulté). On lira cet ouvrage avant de se rendre dans le pays.
Les Plus :
- analyse très pointue de la culture du pays
- se lit comme un livre

haut de la page

 

 

I Présentation de la Mongolie I Géographie de la Mongolie I Climat de la Mongolie I Population de la Mongolie

Nature de la Mongolie I Culture mongole I Vie des nomades de Mongolie I Religion en Mongolie

Histoire de la Mongolie I Économie de la MongolieTourisme en Mongolie I Actualité de la Mongolie en France I Bibliographie sur la Mongolie I Vidéos de Mongolie I

visiteurs depuis le 15/11/99

 

 
Vous êtes ici : Accueil > Mongolie > Culture mongole 
 

FreeFind   Rechercher sur le site 

 

© e-Mongol.com