Accueil du site e-Mongol.com

 

 

Nature - faune - flore de Mongolie

                 L'environnement naturel

Nature et environnement de la Mongolie

 

 

 

  Géneralités

Découvrez la Mongolie en toute liberté avec nos programmes sur mesure !

 

 

 

Sur notre e-Shop

 

Cliquez ci-dessus

 

L'environnement de la Mongolie est encore globalement dans un bon état de préservation ; essentiellement du fait du faible peuplement, du mode de vie nomade traditionnel ménageant ses ressources pour survivre, et d'une spiritualité très respectueuse des forces et de l'harmonie de la Nature.

 

La biodiversité y est importante - surtout dans le Nord et l'Ouest du pays - et l'air et l'eau sont remarquablement purs en dehors de la Capitale. 

 

Des zones importantes du pays sont classées réserves naturelles, certaines depuis des siècles, tant les Mongols sont soucieux de leurs préservations. 

 

Les menaces naturelles ou humaines sont néanmoins réelles sur ces écosystèmes qui restent fragiles malgré leur immensité.

200 espèces végétales, 59 espèces d'oiseaux, et 28 espèces de mammifères sont en danger ou en voie d'extinction.  

 

Les feux fréquents au Printemps après des hivers secs, peuvent comme en 1996 avoir des effets dévastateurs sur des superficies importantes. 

Les hivers très rigoureux et neigeux en 1999 et 2000 ont causé de nombreuses pertes de cheptel mais aussi parmi les espèces sauvages, surtout les gazelles et antilopes.

La sécheresse des deux derniers étés est préoccupante par son effet sur le niveau des rivières et des puits.

La steppe est également menacée de désertification. L'érosion naturelle de ces terres ventées est accentuée par l'accroissement de la pression des pâturages de par la politique communiste des quotas, puis la privatisation des cheptels.  

Ulaan Baatar subit une pollution atmosphérique importante en hiver due aux rejets du trafic automobile en pleine croissance et des centrales et chauffages au fuel et au charbon combinés aux hautes pressions atmosphériques. 

 

La Mongolie offre malgré ces atteintes à sa virginité, un exemple devenu rare de milieux naturels habités, exploités mais encore peu impactés par la présence de l'homme.

 

  Faune

 

 

 

Le cheval de Prejwalski sur le chemin de la liberté

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le ver tueur du Gobi

Mythe ou réalité ?

 

 

Cheptel

 

Il constitue la partie la plus visible de l'abondante vie animale, et se compose de cinq espèces (les mongols disent les cinq museaux) complémentaires traditionnellement élevés par les Mongols : 

  • chevaux pour la monte et le lait,

  • moutons et chèvres pour la viande, le lait, la laine (cachemire) et le feutre de couverture des gers,

  • chameaux pour le trait et la laine,

  • vaches (ou yaks plus fréquents dans le Nord) pour le lait, le trait et le cuir.

Les rennes sont également élevées en grands troupeaux par les Tsataans dans l'extrême Nord,

Les troupeaux se déplacent librement et ne sont ramenés au campement que le soir. Ils conservent un état de semi liberté et sont capables de se défendre seuls contre les loups, à l'exception des moutons et des chèvres qui sont parqués les nuits d'hiver près des campements.

 

Le bétail représente presque 90% de l'industrie agricole domestique et la production animale est 

l'occupation  principale de la population rurale. Tandis que la population humaine est juste au-dessous de 2.5 millions, il y a approximativement 30 millions de bétail, de moutons, de chèvres, de chameaux et de chevaux en Mongolie. Le bétail est le capital de la population rurale et la viande est le régime de base. Plus de 4 millions de peaux sont exportés annuellement. 

 

Faune sauvage

 

Le mammifère le plus répandu en dehors des animaux domestiqués, est sans conteste la marmotte qui troue la steppe de millions de terriers. Les Mongols adorent la chasser par sport, et par goût de sa chair.

Des renards, lapins, écureuils, gerboises et autres blaireaux creusent également la terre ou le sable.

 

Les loups sont présents sur tout le territoire de la Mongolie, et représentent un danger réel pour les animaux et parfois les hommes en hiver et au début du printemps. Leur nombre est stable voire en augmentation malgré une chasse importante par les Mongols eux mêmes, et  par des chasseurs étrangers adeptes du grand frisson.

La possibilité d'en voir en été sont faibles, comme la chance d'apercevoir des espèces menacées :

ours brun et beaucoup plus rare l'unique ours du Gobi, lynx, cerfs, élans, antilopes Saïga, gazelle à queue noire, ânes et chameaux sauvages, mouflons et autres moutons Argali du Gobi.

 

Succès des associations de protection de la nature, le takhi ou cheval de Przewalski, éteint depuis 40 ans a été réintroduit avec succès à partir d'élevages européens (et Français). En savoir plus

 

Le rarissime léopard des neiges, dont la population restante est estimée à quelque centaines, bien que très formellement protégé, reste très recherché pour sa fourrure.  

 

La Mongolie est un paradis pour les amateurs d'oiseaux :

 

vautours, aigles, faucons, milans, pies, grues, corbeaux et alouettes sont accompagnés en été par des compagnies de cygnes, oies, pélicans, hérons et canards.

Autour de certains lacs, la présence de mouettes et autres oiseaux de mers est importante.

 

La steppe bourdonne en été de nuées de criquets, qui se font dévorer allégrement par les truites, et autres salmonidés de bonne taille, qui peuplent les rivières et les lacs. Le brochet et la perche sont également très présents dans les lacs.

A l'exception des lacs saumâtres et de la rivière Tuul polluée autour d'Ulaan Baatar, toutes les étendues d'eau sont très peuplées.

 

La pêche est peu pratiquée en Mongolie, car selon la cosmologie traditionnelle, le poisson comme les insectes ne fait pas partie des espèces destinées à être mangées par l'homme. Néanmoins, les traditions évoluent et des Mongols de plus en plus nombreux, s'adonnent à ce sport presque trop facile, même avec un matériel rudimentaire.

 

  Flore

Photos de la flore de Mongolie

Visitez notre page spéciale

 

Les forêts couvrent environ 15% de la superficie du pays. Elles sont composées essentiellement de pins et de bouleaux. Elles abritent également des arbustes à baies et à fruit comme le myrtillier, groseiller et la potentille.

 

La steppe et les prairies couvrent 52% des terres mongoles. Outre les graminées omniprésentes, l'absinthe sauvage est très répandue. Elles sont recouvertes au printemps, et dans une moindre mesure en été de fleurs innombrables : edelweiss, gentianes, géraniums, oeillets, delphiniums, pois, ancolies, rhododendrons, asters et bien d'autres transforment la Mongolie en jardin infini.

 

Les étendues désertiques (32% de la superficie), sont parsemées de saxauls, buissons épineux sans feuille à racine très profonde, et d'herbe clairsemée.

 

  Dinosaures

 

 

De nombreux et riches gisements de fossiles d'os et d'oeufs de dinosaures ont été exploité et étudiés depuis les premières expéditions de Roy Chapman Andrews (le modèle d'Indiana Jones !) dans les années 20.

Les tyrannosaurus rex, protoceratops, tarbosaurus et autres vélociraptors hantaient les steppes 700 millions d'année auparavant.

 

Le Muséum d'histoire naturelle d'Ulaan Baatar conserve deux remarquables squelettes entiers de tarsauborus et de saurolophus, ainsi que des nids fossiles. Les autres découvertes effectuées dans le Gobi sont maintenant disséminés à travers les musées et collections du monde entier.

 

 

 

haut de la page


I Présentation de la Mongolie I Géographie de la Mongolie I Climat de la Mongolie I Population de la Mongolie

Nature de la Mongolie I Culture mongole I Vie des nomades de Mongolie I Religion en Mongolie

Histoire de la Mongolie I Économie de la MongolieTourisme en Mongolie I Actualité de la Mongolie en France I Bibliographie sur la Mongolie I Vidéos de Mongolie I

visiteurs depuis le 15/11/99

 

 
Vous êtes ici : Accueil > Mongolie > Nature, faune et flore
 

FreeFind   Rechercher sur le site 

 

© e-Mongol.com